Lozère-Aubrac Janvier 2020
land et range dans la lande

Lozère-Aubrac Janvier 2020

Weekend dans l’Aubrac du 24 au 26 janvier 2020

Départ d’Aix en Provence le 24 janvier 2020 vers 16h00. Objectif la Lozère !

Que la route est longue quand ton weekend commence par les bouchons à Salon de Provence puis à Montpellier ! Sans oublier le passage par Nîmes pour acheter deux talkie-walkie car le Range Rover n’est plus équipé de la Cibi …,Tagada ayant reçu l’équipement raid désormais, et un weekend sans pouvoir échanger entre 4×4 ce n’est pas fun!

A 21h après 5h de route la faim se fait sentir, nous sommes 35mn de notre hébergement, nous décidons de nous arrêter sur l’aire d’autoroute du Larzac car après cela risque d’être difficile de trouver une restaurant ouvert hors-saison.

On commence le weekend par une petite « mousse » du crue, une Aubrac histoire de se mettre dans l’ambiance !  Accompagné d’un pavé de boeuf d’Aubrac en circuit court. La viande est bonne…la garniture n’est pas extraordinaire, tout comme le serveur qui semble perdu avec les 10 clients présents dans le restaurant…

 

Greg avait réservé un chalet pour 4 personnes à Saint Germain du Teil , un choix sympa pour un prix défiant (14€ la nuit /personne)  toute concurrence ! 2 chambres, 2 SDB/WC et une pièce principale avec cuisine équipée (frigo, congélateur, lave-vaisselle.) franchement top, bravo !

Samedi 25 janvier départ 8h30 :

Greg a préparé deux belles boucles pour ce weekend, c’est donc sous le signe de la « reco » que nous allons partir. L’avantage c’est que le départ est juste à côté de notre camp de base, simple et rapide.

On attaque la randonnée par une très belle piste en sous-bois, pas de difficultés juste de jolis coins avec de jolies vues. Et le top, c’est que ces pistes nous mènent non loin de la fameuse Auberge du Radal de la famille Dauban dont l’aligot-saucisse est connu et reconnu ! C’est aussi une étape bien connue des randonneurs pédestres ou motorisés, je vous la recommande vivement ! 

Mr Charles Dauban
Ca c'est un aligot façon Auberge du Radal

C’est donc tout naturellement que nous nous retrouvons face à un petit passage technique, qui nous avait occupé il y a deux ans lors de notre dernière visite.

Cette piste est un enchaînement de croisements de ponts toujours en sous-bois. Cela passe assez facilement une fois les quelques racines bien négociés.

Greg en croisement
Greg en croisement
jack Facile
jack Facile

La piste se poursuit à travers les bois, et au détour d’une piste un bourbier semble se présenter à l’horizon ! Ni une ni deux Greg qui est en ouverture, se jette dedans, oui on peut le dire « jeter » est le bon terme !

La première partie se passe bien, pas de problème particulier…Cependant un deuxième passage couvert d’une glace épaisse semble plus compliqué à passer.

Une petite vérification à pieds s’impose. La glace est effectivement épaisse mais le bourbier ne semble pas profond. Greg s’élance donc gentiment afin d’éviter un choc thermique au niveau moteur.

Il n’a eu le temps que de mettre les 4 roues dans le passage pour s’apercevoir qu’il est planté !  Impossible de sortir en avant et pas plus de possibilités en faire marche arrière.

Il va donc falloir sortir la sangle !

Une fois Greg sorti de son aire de jeu, nous pouvons reprendre la piste. Il faut dire que nous passons par des pistes « moelleuses », on sent que la pluie est passée par là il y a peu de temps. L’adhérence est légère dirons-nous et plus nous montons, plus nous rencontrons des plaques de neige pour enfin arriver sur un paysage grandiose, l’horizon est tacheté de blanc…la neige s’annonce !

Nous nous intégrons dans un paysage incroyablement vide de présence humaine, nous n’avons croisé qu’un motard depuis notre départ. Nous pouvons pleinement profiter de ces paysages, ils sont pour quelques instants rien qu’à nous !

 La lande nous fait face, les pistes sillonnent en son milieu, nous passons d’un horizon dégagé à un horizon brumeux…cela ajoute à la randonnée une atmosphère irréelle, étrange.

Nous descendons vers un refuge, fermé en cette saison, dont la piste est encore enneigée pour essayer d’y trouver de quoi nous abriter du vent glacial pour déjeuner, il fait tout juste 5°C à l’abri. Pas de chance pour nous, impossible de s’abriter et impossible de continuer plus loin, la piste s’arrête là !

Nous rebroussons chemin pour trouver un autre espace pour déjeuner, ce qui nous impose de trouver  un autre passage pour rejoindre la vallée suivante. Moment de reflexion sur nos GPS/tablettes.

Nous finissons par trouver une aire de pique-nique dans la forêt de l’Aubrac qui nous protège du vent.

Un petit sauté de porc-haricots vert préparé par Greg histoire de se réchauffer et nous repartons, le froid ne donne pas envie de trainer LOL .

On enchaine les pistes en sous-bois ainsi que quelques demi-tour pour trouver la bonne trace…on est bien dans une reco !

L’heure tourne et nous passons par le village d’Aubrac (village qui est traversé par le chemin de Saint Jacques de Compostelle)  qui se situe à 19kms de Laguiole, après un nouveau « raté » d’une piste, on décide d’aller à Laguiole, être si proche et ne pas y faire un saut serait dommage.

Après avoir fait le plein, on se gare, sur les conseils de jack, sur la place centrale là où l’on peut y trouver le fameux taureau…

taureau de Laguiole
taureau de Laguiole

On va visiter la boutique du coutelier « Honoré Durand » qui présente de très belles pièces et j’en profite pour demander un devis pour la fabrication d’un couteau personnalisé ( un grand merci à la vendeuse qui a été patiente et très pro dans la présentation des différentes options pour fabriquer une pièce sur mesure )…mais chuuuuutttt cela fera l’objet d’un autre article, c’est une surprise !

On passe aussi dans la boutique de « Benoit l’Artisan » qui présente aussi de superbes pièces, dont une version plus moderne du couteau de Laguiole, à découvrir lors de votre prochain passage.

On en profite aussi pour passer dans la seule boulangerie ouverte, c’est là que le drame a eu lieu ! En un éclair la situation a basculé ….J’ai demandé 3 pains au chocolat…erreur grave !!!

J’ai failli être fouetté en place public, oui oui je vous l’assure ! A Laguiole, il n’existe pas de pain au chocolat mais seulement des chocolatines !!! J’ai relancé involontairement la « guerre » des chocolatines vs les pains au chocolat !

Blague à part, il y a eu tout de même un blanc de la part de la boulangère après ma demande LOL !

Un petit café ou bière dans le bar du coin, très typique et comme on les aime nos bistros ! Les anciens entrains de taper le carton, une déco vintage axée sur la région et les fameuses vaches locales et un service avec le sourire.

L’heure passant nous reprenons la route pour essayer de rentrer avant la nuit.  Nous n’avons pas le choix que de reprendre une partie des pistes prise à l’aller, ce qui nous impose un passage de nuit sur certains chemins, grandiose…

Retour au camp de base vers 19h, la pluie est de la partie et ne lâchera plus jusqu’au lendemain matin.

Un repas léger est prévu ….raclette ! Simple et efficace comme toujours.

Tout le monde est crevé par cette journée assez longue en terme de conduite. On ne tarde pas à aller se coucher pour reprendre des forces pour le lendemain, non sans avoir pris un petit « Don Papa » !. Nous avons décidé de partir par la fin de la boucle que nous avons faite en partie le samedi, ce qui nous permettra d’avoir un tracé reconnu.

Dimanche 26 janvier départ 9h:

Après un rangement et un ménage fait, nous sommes prêts à 9h pour décoller, ce qui n’était pas gagné du tout quand tu as pu voir le regard « vif » de jack devant son bol de café au réveil !

Encore une fois le départ se passe à quelques kilomètres du camp de base, nous attaquons donc rapidement la piste qui s’annonce humide après cette nuit bien arrosée. Une petite montée s’offre à nous pour nous mettre en jambe dès le départ.

Les deux Def passent sans problème …mais le range a plus de mal, mauvaise trajectoire, perte d’adhérence, arrêt de progression et hop marche arrière et on essaye à nouveau, et rebelote même action donne le même résultat…Apres un moment de stress car je sentais le véhicule glissé de l’avant et partir de travers, je redescends à nouveau et cette fois change de trajectoire pour enfin réussir à gravir l’obstacle, ouf !

On poursuit notre périple qui est aujourd’hui plus roulant, celui-ci ne fait que monter sur les hauteurs de la Lozère à la frontière avec l’Aveyron.

Nous apercevons à l’horizon les conséquences de la nuit…la neige s’est invitée sur les plateaux ! Un beau manteau blanc nous attend non loin.

Au détour d’une piste nous nous retrouvons à rouler sur un tapi blanc de 2 cm, rien d’extraordinaire mais cela fait notre joie. Nous aurons tout eu sur ce weekend, du soleil, de la pluie, de la boue, de la neige…Tout ce qui fait pour une sortie un contexte météo parfait !

 

Plus nous progressons sur cette piste plus la couche de neige s’épaissie, Greg qui est toujours en ouverture se méfie cette fois des passages couvert de glace ou de neige, nous descendons à chaque fois faire une petite vérification !

Il lui faut d’ailleurs parfois et de plus en plus souvent forcer le passage tellement il y a de neige jusqu’au moment redouté qui devait arriver…

Impossible pour le 110 d’avancer, il est planté dans un bon 70cm de neige. On sort les pelles pour le dégager afin qu’il puisse reculer. Heureusement cela se fait sans trop de difficultés, il était posé sur les ponts et le ski avant.

Du coup une reconnaissance à pieds est necessaire pour voir l’état de la piste sachant que nous sommes sur un versant exposé au vent. Ce qui signifie un cumul de neige non négligeable.

Grand bien nous a pris, on découvre que le tracé remonte un chemin empierré mais que par endroit il est clairement impossible de franchir le mur de neige même avec les chaines que nous avons tous dans les véhicules. Décision est prise de faire marche arrière et de prendre une piste croisée il y a peu pour redescendre dans la vallée (Merci à Oziexplorer).   

Apres vérification nous avons été bloqué à 1.5kms du point qui nous permettait de finir la connexion avec le début boucle faite le samedi ! On peut considérer que nous avons désormais une très belle boucle dans le coin, mission accomplie ! Merci à toi Greg !

 

Vu l’heure et sachant que nous avons tous de la route pour rentrer, nous décidons d’aller sur La Canourgue pour trouver un restaurant et manger chaud avant de partir.

Mission accomplie!!!Il était impossible de venir dans la région et repartir sans avoir mangé un aligot-saucisse ! Nous faisons donc honneur au plat local !

Aligot-saucisse

14h il est l’heure de prendre la route pour rentrer, fin du weekend mais vivement le prochain !!

Un grand merci à Greg, Victor, Jack pour cette sortie !

Merci à vous pour avoir pris le temps de lire cet article, n’hésitez pas à laisser un commentaire, à partager l’article sur les réseaux sociaux.

ONE LIFE, LIVE IT !

Retrouver la galerie photos de cette sortie dans notre rubrique “PHOTOS-LOSOPHIE”

Decouche Fabrice

Passionné de Land Rover, de voyage, d'évasion...le monde est notre terrain de jeu!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.